MAINTENANT : Nouveau! l'agenda Elfique 2013 tout en Quenya et en Tengwar est disponible!
 

 
Nouveau

On a aimé

Ces choses étranges ayant un rapport avec le monde des Elfes

Galerie d'Art

pour tous les artistes amateurs

 
 

Sur le site Ambar Eldaron
 
 
 
 
 
 
 

.

Interview réalisée par le site "Tolkien Library", publiée en français avec leur aimable autorisation. Vous pouvez consulter l'article original en anglais ICI.

.

.
.

Il est toujours bon de connaître d'autres langues, en particulier si vous êtes intéressé par Tolkien. Les travaux de J.R.R. Tolkien ont été traduits depuis longtemps dans beaucoup de langues et ont été lus et aimés tout autour de la planète. Plus d'une fois j'ai lu des livres liés à Tolkien ou des articles sur des sites web dans d'autres langages – parce que hors du royaume anglophone il y a beaucoup de fans qui sont actifs dans leurs environnement local.

Lors d'une de mes errances sur Internet je suis tombé sur l'article "Edel-Silmarillion als Diplomarbeit" Et par chance j'ai découvert la plus belle copie du Silmarillion que j'avais jamais vue.

Avec l'aide du gentil peuple du Der Herr der Ringe je suis entré en contact avec le créateur de cet "Edel-Silmarilllion", Benjamin Harff. Il a accepté de faire une interview concernant son travail artistique.

J'espère vraiment voir plus d'art de Tolkien de ce futur illustrateur de Tolkien! Mais pour le moment, apprécions cette interview et les images de sa version du Silmarillion.

.

 

Interview avec Benjamin Harff, prochain illustrateur de Tolkien et créateur du Edel-Silmarillion

 

TL: Pouvez-vous nous parler un peu de vous?

BH: Je suis né en 1980 à Euskirchen, Allemagne. J'ai toujours été intéressé par les multiples sortes d'art, spécialement la peinture et le dessin, ainsi que la musique. Plus tard, j'ai appris d'autres formes d'art également, comme la poésie et les arts martiaux. Mon père est carreleur, ainsi j'ai réalisé très tôt que l'inspiration pure est inutile sans habileté, connaissance et travail. Ainsi mon approche de l'art est très proche de la terre. Vous pouvez comparer ceci à un arbre: Seulement avec de fortes racines l'arbre peut croître et développer sa beauté. Vous croissez dans deux directions – vers l'obscurité de la terre et vers la lumière du ciel. Mais votre contact avec la terre est toujours plus proche qu'avec le ciel. J'ai étudié à la Rhein-Sieg Académie pour "realistische bildende Kunst und Design" à Hennef, Allemagne, en Illustration et Graphisme cette année et maintenant je veux travailler comme illustrateur et calligraphe.

 

TL: quand vous êtes-vous intéressé à Tolkien?

BH: Mon premier contact avec les livres de Tolkien se fit vers 1991, quand j'avais 11 ans. J'étais en train de camper avec quelques amis dans les bois et nous lisions autour du feu, d'abord le Hobbit, puis Le Seigneur des Anneaux. Ce fut une expérience qui me laissa une forte impression.

.

TL: Je voulais vous parler de l'édition Deluxe du Silmarillion que vous avez créé. Qu'est-ce qui vous a incité à le faire?

BH: J'ai créé le Silmarillion deluxe pour mes examens à l'Académie des Arts. Ma première idée fut de créer des illustrations pour Le Seigneur des Anneaux, mais j'ai réalisé que les films avaient laissé une trop forte impression sur moi, ainsi je ne pouvais pas travailler librement. Ainsi je décidai d'illustrer le Silmarillion. La calligraphie était d'abord censée être réduite à une unique initiale pour chaque chapitre. Ainsi j'ai étudié le livre "l'Histoire de la Terre-du-Milieu" ainsi que "les Lettres" de J.R.R. Tolkien et en particulier ses travaux d'illustrateur qui m'ont donné beaucoup d'indications sur sa façon d'imaginer la Terre-du-Milieu qui ne peut être dérivée des mots écrits. J'ai aussi essayé de me renseigner sur ce qui l'avait inspiré lyriquement et visuellement et je pense que vous pouvez résumer ceci en un seul mot : nature.

Il est évident que Tolkien était aussi un amoureux de la calligraphie, en particulier de la médiévale. Dans le livre " J.R.R. Tolkien – Artist and Illustrator" j'ai trouvé une allusion à un livre concernant la calligraphie que Tolkien avait lu. Ainsi j'ai acheté le même livre et je l'ai examiné.

Depuis là j'ai eu de plus en plus de plaisir à faire de la calligraphie médiévale et finalement j'ai dû prendre une décision : Illustrations OU calligraphie. Ce ne fut pas facile, parce que je m'était beaucoup préparé pour la peinture à l'huile, mais mon temps était court, et je ne pouvais pas faire les deux.

Je ne regrette pas ma décision, parce que j'avais fait mes examens et il y a toujours des tonnes d'études et de plaques de bois qui attendent d'être peintes. Une étude que j'ai en cours montre la prise d'Arathorn par les Trolls des Collines.

.

TL: pouvez-vous expliquer comment il a été fait?

BH: Toutes les initiales, les pages calligraphiques et les enluminures furent dessinées et peintes à la main. J'ai utilisé un crayon d'acier et de l'encre indienne ainsi que des pinceaux et de l'aquarelle. Pour les couleurs métallisée argent, or et cuivre, j'ai pris de l'acrylique, parce qu'elles sont plus faciles à manipuler que les feuilles d'or et vous pouvez aussi travailler avec de l'aquarelle sur de l'acrylique.

Après ceci, tout le travail devait être digitalisé en scannant et photographiant, suivi de l'ajustement dans le texte.

Ceci fut fait dans un temps très court, et c'est pourquoi il y a tant d'erreurs dans la typographie. Je voulais d'abord faire la reliure moi-même, mais, parce que j'avais imprimé le livre à la maison avec une Canon-Inkjet je ne pouvais pas pas recevoir de papier convenant à une reliure folio, ainsi j'ai dû le laisser faire par une relieuse professionnelle

Elle fut assez gentille de me montrer comment une couverture en cuir est chèvre fut fait par moi (avec son aide, bien sûr)

.
.

 

Concernant la couverture, je ne suis pas tout à fait satisfait, parce que j'aurais aimé faire quelques décorations, mais le temps dans mes examens était juste trop court. Ainsi pour moi, c'est une espèce de version alpha, et peut-être qu'un jour je trouverai le temps de faire une version bêta plus fine.

.
.

 

TL: Toute la calligraphie a été créée par vous-même ou est-elle basée sur des manuscrits existants?

BH: Vous devez noter qu'il est impossible de dire "ceci est ma propre création". Quand je regarde juste un livre sur la calligraphie médiévale (et j'en ai lu plusieurs) je suis influencé par ce que je vois. Mais si vous entendez "copier", je peux dire que je n'ai rien copié, mais seulement adapté les styles, ainsi là où il y a des similarités, elles ne sont pas intentionnelles.

TL: Avez-vous écrit le texte à la main ou est-il imprimé?

BH: Le texte fut imprimé. Cela aurait pris probablement une année juste pour écrire le texte seul si je l'avais écrit à la main. Mais il a été très "vrai" en fait. Si j'avais eu ce temps – je suis déjà assez fou pour l'avoir fait.

.
.

 

TL: Combien de temps cela prend-il pour faire ce livre?

BH: Tout le processus a pris six mois, plus près de six autres mois où j'ai eu affaire avec les illustrations mais aussi avec la connaissance et les ébauches pour la calligraphie. Ceci peut sembler long, mais vous devez noter que j'ai aussi dû travailler pour financer mes études et j'ai dû faire un tas d'autres choses pour mes examens.

TL: Quels furent les plus gros problèmes auquels vous avez dû faire face en faisant ce livre?

BH: J'ai eu un tas de problèmes, mais le principal problème fut ma stricte limitation en temps et en argent. En regardant en arrière, je ne peux pas comprendre comment cela a pu marcher! Pour mes examens il aurait suffi de faire la calligraphie pour seulement un ou deux chapitres. Mais je ne voulais pas avoir un livre avec peut-être vingt pages imprimées et 380 pages vides! Cela n'aurait pas été digne d'un travail de Tolkien et j'aurais mieux fait de faire une courte histoire ou autre, Mais je pensais : "Ceci est ton examen et peut-être la dernière fois que tu peux faire ce que tu veux comme illustrateur!" Ainsi je le fis, et je n'aurais pas pu le faire avec ce feu si ce n'avait été pour un travail de Tolkien. Et bien que ceci fut extrêmement dur, le feu n'a pas cessé.

TL: Quelle page aimez-vous le mieux?

BH: Je préfère la page d'ouverture – la page entière est remplie juste avec le mot "Silmarillion". Cela m'a pris le plus de temps, je pense près de 70 à 80 heures.

.
.
.

 

TL: N'y a-t-il eu qu'une copie de produite?

BH: Oui. L'Académie des Arts aurait voulu avoir une copie, mais je ne pouvais pas financer une seconde copie.

.

TL: Avez-vous prévu de mettre ce livre en publication, avez-vous contacté un éditeur maintenant?

BH: Non. Les droits appartiennent à la Tolkien Estate, et je serais content de travailler pour eux, mais ils n'ont pas répondu à ma demande jusqu'à maintenant. Je vais continuer à leur écrire, jusqu'à ce que j'aie les moyens d'aller en Grande Bretagne et mettre le livre sur leur table.

TL: Aviez-vous eu la permission de la Tolkien Estate de faire ce livre?

BH: J'ai fait les demandes via la page d'accueil de la Tolkien Estate, mais je n'ai pas reçu de réponse. Je pense qu'ils sont seulement trop peu pour répondre aux questions et qu'ils sont quotidiennement submergés de mails, ainsi ils ne peuvent lire chaque mail. Mais c'est juste un travail artistique personnel et je ne fais pas d'argent avec cela.

TL: Pourquoi avez-vous créé le Silmarillion et pas un autre livre de Tolkien?

BH: Il y a une réponse partielle plus haut. Avec son caractère mythologique, le Silmarillion convient mieux, parce que l'éclosion de la calligraphie médiévale était aussi dans un contexte religieux. Aussi la très grande période du Premier Age donne lieu à beaucoup de styles différents dans les pages-titre de chaque chapitre, alors que dans le "Hobbit" ou "Le Seigneur des Anneaux" il aurait mieux fallu avoir un style uniforme clair sans rupture. Dans cet examen j'ai eu la possibilité de jouer avec tous les styles, y mettre mes propres idées et trouver celle que je préférais.

TL: Dans le processus de fabrication du livre avez-vous appris davantage sur la calligraphie, les manuscrits ou le Silmarillion lui-même?

BH: Bien sûr, oui! Bien que j'ai eu des leçons de calligraphie hebdomadaires à l'Académie des Arts durant quatre ans, j'ai appris plus que jamais pendant ces 12 mois. J'ai aussi appris comment les dessins et les techniques d'artisanat du Moyen-Âge étaient hautement développées. Finalement, j'ai réalisé combien peu de respect est donné au mot écrit dans un monde où vous pouvez gagner toute information par un simple clic de souris. Peut-être qu'il est temps maintenant de donner au mot un habit adéquat.

TL: Voulez-vous faire aussi un Hobbit ou même un Seigneur des Anneaux?

BH: Tolkien sera toujours le sujet de mon travail, mais maintenant je vais d'abord devoir me développer comme artiste et illustrateur et faire ainsi le travail que j'ai. Il y aura des peintures à l'huile, et il y aura plus de calligraphie, mais elles ne peuvent pas être faites de front, après le travail quotidien. Mais qui sait, peut-être qu'un jour HarperCollins ou la Tolkien Estate me remarqueront et voudront que je créée quelque chose.

 
English Version
 


LapseParma
d'Ales Bican
en français
(Livre des prénoms)