Legolas' Song of the Sea

Gaerlin Legolas 

Traduit en Sindarin par Ryszard Derdzinski

 

Un des deux cadeaux de Noël 2002 pour les amis de Gwaith-i-Phethdain est la traduction d'un fragment du Seigneur des Anneaux, chapitre les Champs de Cormallent, poème La Chanson de la Mer de Legolas. Une personne qui m'encouragea à traduire ce poème de Tolkien en Sindarin était une amie de notre site, Teanna. Elle écrivit: "Ceci est mon poème favori du SdA (et fait une grande chanson de rameur ou de pagayeur pour un kayak marin ou un bateau viking)". Donc le voilà: le poème de Legolas avec une courte introduction. Tout en Sindarin, le langage des Elfes de Mirkwood.

 

Pent Legolas: Ar im padathon vi eryn en-dr vain hen i n dh far. Ned orath i telithar, ae hr nn Edhellen devitha, pin o gwaith vn anglennatha simen; ar ir telitham natha dr hin i 'alu, dan na l thent. Na l thent: ahad, cuil, haran inath in Edain. Dan Anduin nef, ar Anduin tg dadbenn na 'Aear. Na 'Aear!

Na 'Aear, na 'Aear! Ml 'lain nallol,

I sûl ribiel a i falf 'loss reviol.

Na annûn hae, ias Anor dannol.

Cair vith, cair vith, lastal hain canel,

Lamath in-gwaithen i gwennin no nin?

Gwannathon, gwannathon taur i onnant nin;

an midui orath vn a dennin inath vn.

Trevedithon 'aear land erui ciriel.

Falvath enainn bo Mathedfalas dannol,

Lamath vilui vi Tol Gwannen cannen,

Vi Tol Ereb, ned Bar-in-Edhil i Edain -gennir,

Ias lais -dhannar: dr en-gwaith nn an-uir!

A linniel hen Legolas gwannant dadbenn en amon.

 

Traduction mot-à-mot:

 

Dit Legolas: et je marcherai dans [les] bois de ce pays beau , qui est tranquille assez. Dans les jours qui viendront, si seigneur-mon des Elfes premettra, quelques uns de peuple notre approcheront ici; et quand nous viendrons [ce] sera pays ce la bénédiction, mais pour [un] temps court [dans le sens d'un instant]. Pour [un] instant court: mois, vie, centaine d'années des Hommes. Mais Anduin [est] sur-ce-côté [dans le sens de près de], et Anduin mènera vers [la] Mer, Vers [la] Mer!

 

Vers [la] Mer, vers [la] Mer! Des mouettes blanches crient,

Le vent souffle et l'écume blanche vole,

Vers l'Ouest au loin, dans lequel le Soleil tombe.

Bateau gris, bateau gris, les entends-tu appeler,

Voix de mon peuple qui passa avant moi?

je quitterai, je quitterai une forêt qui m'ennuie;

pour derniers jours nos et tombantes années nos.

je traverserai la Mer vaste seul naviguant.

Les vagues [sont] longues sur Dernière côte tombantes,

Les voix [sont] douces dans l'Ile Perdues appelantes

Dans Solitaire Ile, dans la demeure des Elfes que les Homme ne voient pas,

Dans lesquelles les feuilles ne tombent pas: pays de peuple mon pour toujours!

Et en chantant ceci, Legolas descendit la colline.

 

Glossaire:

*ae 'si'; probablement reconstruit à partir du Sindarin du film par David Salo après le Quenya ai-quen `si quelqu'un, qui que ce soit' (WJ 372).

*simen 'ici'; reconstruit par moi d'après le Quenya sinme 'ici': sin 'ce' + men > *simmen > *simen.

*natha 'sera'; reconstruit, cf. Sindarin no 'sois!', étant dérivé du verbe *na- 'être'.

*ahad 'mois'; reconstruit d'après le Quenya asta < CE *a-sata (cf. VT #42, p. 19-20, racine SAT-.

*haran 'cent'; reconstruit d'après le Quenya *haran 'cent' dans haranye 'la dernière année du siècle' (RotK Appendice D).

no 'sous, *avant'; reconstruit par David Salo.

 

page principale