Lamentation des Rohirrim
Traduit en Quenya par Boris Shapiro

Elenhil Laiquendo (Boris Shapiro) écrit: C'est, bien sûr, un vrai non-sens d'imaginer qu'une traduction en Quenya de cette pièce de poésie du Rohan puisse exister en Terre-du-Milieu, pour celui qui l'aurait faite? Legolas l'aurait traduite en Sindarin, sa langue maternelle, et nous pouvons difficilement imaginer un philologue et éthnologue parlant le Quenya et traversant le Rohan s'éprenant de cette chanson. Ainsi je dois faire face au fait que ce n'est pas un poème Quenya "authentique" (ou possible, ou reconstruit), ni un réel poème Quenya en vers. Ceci n'est rien d'autre qu'une pièce de Quenya moderne, traduisant quelque chose en Quenya pour l'amour d'un plaisir esthétique. Il vous appartient de décider si cela en vaut la peine. J'ai été plutôt libre avec l'utilisation des articles, copules et ordre des mots pour le bien du rythme. Le texte Anglais original de J.R.R. Tolkien peut être trouvé dans les Deux Tours (II:115)

 

Masse s rocco ar roquen? Masse n romba i syane?
Masse n cassa ar varme, ar findesse calima sirala?
Masse n m nandenna, ar nre narwa uryala?
Masse n tuile ar cermie ar yve halla loala?
Avnier ve miste orosse, ve slime lairenna;
Auri nuntar m Andne ambor pella fuinenna.
Man hostuva usque wilwa turuo hessa uryala,
Var cenuva yni sirala et Earello entula?


Notes (commentaires sélectionnés)

*masse est plutôt un cousinage populaire pour '', construit par analogie du pl. yassen '' de Namrie utilisant ma- interrogatif au lieu du relatif ya-.

*syane passé de suuya- 'souffler, respirer' fut plutôt librement jugé applicable pour la production d'un son avec un cor. Bien que légitimé dans un certain nombre de langages du monde réel, il est seulement théoriquement correct en Quenya.


yve 'fruit' est substitué à 'maïs' sur la base de son cousin Noldorin iau "maïs". Si ce n'était pas pour ma confession originale, cet incident aurait montré une forte influence sémantique Sindarin, suggérant probablement une origine Gondorienne du traducteur.


*lauyala part. pres. de *lauya- 'pousser, croître', voir loa 'croissance'

*nuntar pl. de *nunta- 'descendre' est un autre cousinage.

page principale