Oath of the Feanorians by Milan Rezac

Le Serment des Fëanoriens

par Milan Rezac

 

 

 

Une traduction poétique du Serment des Feanoriens, comme donnée dans les Annals of Aman, Morgoth's Ring p. 112. Il fut d'abord publié dans le message 9.47 de la liste tolklang .

Vanda Feanáró Nossëo

 

Nai kotumo ar nilmo, kalima Vala

thauza ar poika, Moringothonna,

Elda ar Maiya ar Apanóna,

Endóressë Atan sin únóna,

ilar thanyë, ilar melmë, ilar malkazon sammë,

osta ilar harwë, lau Ambar tana,

só-thauruvá Fëanárollo, ar Fëanáró nossello,

iman askalyá ar charyá, ar mi kambë mapá,

herá hirala ar haiya hatá

Silmarillë. Sí vandalmë ilyai:

unqualé son antávalme mennai Aurë-mettá,

qualmé ten' Ambar-mettá! Quettalman lasta,

Eru Ilúvatar! Oiyámórenna

mé-quetamartya íre queluvá tyardalma.

Ainorontessë tirtassë lasta

ar lma-vandá enyalaz, Varda Manwë!

Traduction littérale (texte français voir plus bas)

May it be foe or friend, bright Vala

foul or clean, Morgoth-breed,

Elda or Maia or After-born,

in Middle-earth Man now unborn,

neither law, nor love, nor swords' league,

dread nor wound, no indeed not Doom that,

him will defend from Fëanor, and from Fëanor's kindred,

whoso hides or possesses, and in hand grasps

has finding and afar casts

a Silmaril. This we all swear:

death him we will give ere the Day's End,

agony till the World's End! Our word hear,

Eru Allfather! To the everlasting-darkness

doom us when fails our deed.

On the holy mountain hear our witness

and our oath remember, Varda and Manwë!

Texte anglais de J.R.R. Tolkien

Be he foe or friend, be he foul or clean,

brood of Morgoth or bright Vala,

Elda or Maia or Aftercomer,

Man yet unborn upon Middle-earth,

neither law, nor love, nor league of swords,

dread nor danger, not Doom itself,

shall defend him from Fëanor, and Fëanor's kin, 

whoso hideth or hoardeth, or in hand taketh,

finding keepeth or afar casteth 

a Silmaril. This swear we all: 

death we will deal him ere Day's ending,

woe unto world's end! Our word hear thou,

Eru Allfather! To the everlasting 

Darkness doom us if our deed faileth.

On the holy mountain hear in witness 

and our vow remember, Manwë and Varda!

 

Texte français

 

Qu'il soit ennemi ou ami, qu'il soit ignoble ou bon,

engeance de Morgoth ou brillant Vala,

Elda ou Maia ou Suivant,

Homme maintenant non encore né en Terre-du-Milieu,

sans loi, ni amour, sans ligue d'épées,

ne craigne ni le danger, ni le Destin lui-même,

se défendra de Fëanor et des siens,

quiconque cache ou dissimule ou dans la main tient

trouvé en train de garder ou de jeter au loin

un Silmaril. Ceci nous le jurons tous:

mort nous lui assénerons avant la fin du Jour,

malheur jusqu'à la fin du monde! Notre parole entends.tu,

Eru Père de Tout! Jusqu'aux Ténèbres Eternelles

maudis-nous si notre acte faillit.

Sur la sainte montagne soyez les témoins

et souvenez-vous de notre serment, Manwë et Varda!

 

 

 

feanorsons.jpg (47138 bytes)

Cette oeuvre intitulée Le Serment des Fils de Fëanor de Karolina Stopa, un membre de la Polish Tolkien Society et une fameuse artiste Tolkienienne Polonaise vient de l' Elvish Linguistic Calendar 2001/2002. L'oeuvre de Karolina, basée sur les histoires du Silmarillion peut être trouvée dans notre galerie. Vous pouvez aussi voir sa belle calligraphie Rúmilienne calligraphy: une transcription sarati du texte de J.R.R. Tolkien cité ci-dessus.

 

Commentaire de l'auteur

 

Aucune tentative n'a été faite pour s'intégrer aux demi-lignes des types de Siever. Cependant, les deux bases par demi-lignes et OE schémas allitératifs ont été observés (avec deux exceptions, où l'allitération ne convient pas aux schémas OE réguliers), bien qu'ils ne correspondent pas à la version Anglaise; en conséquence, l'ordre des mots a été changé légèrement, et divers autres changements ont été faits; voir les notes pour les détails.

Le langage de la traduction est Book Quenya. Les différences suivantes ont été observées:

 

 

(a) Des voyelles longues finales ont été maintenues dans des noms où ils étaient indiqués dans la Plotz letter; dans les verbes où il y a des précédents (par exemple antáva et antaváro dans la Chanson de Firiel indique le -á- long original devant -va et le long dans -va; ainsi probablement aussi -uva); ailleurs si l'étymologie semble le justifier. Les diphtongues longues finales n'ont pas été réduites (ilyai).

Le même traitement vaut pour les syllabes non-initiales qui précèdent immédiatement l'accent principal (en fait, la réduction de la voyelle dans ceux-ci peut être un symptôme du même procédé, affectant les syllabes complètement inaccentuées).

Quand les voyelles longues sont assez incertaines, elles ont été omises (ex. à l'impératif)

(b) La lettre z est utilisée pour indiquer une continuante dentale faible, probablement come le r anglais; elle s'est dévaloppée à partir de la médiale originale d et z.

(c) Th et ch (de th, une aspirée, et 3) n'ont pas été changées en s et h, qui ont leur valeurs normales.

(d) Quand deux voyelles viennent en contact, leur quantité a été réduite, puisque cela a été mis en évidence déjà dans la Plotz letter.

(e) y après les voyelles du début a été préservé (comme dand haiya < háya, probablement après haia).

(f) Les voyelles avant une double consonne dans les syllabes primaires accentuées ont été réduites.

 

 

 

Notes

 

Ar a été utilisé pour 'ou' (sa signification originale 'en outre' semble bien convenir ), ilar...ilar pour ni...ni (cf. Hom. Grk. oute...oute). Notez que ar a r, puisque N semble l'exposer aussi (Athrabeth Finrod ah Andreth); mais les pluriels ont -z: cf Danian Danas vs. Q. Nanar.

 

1,2: Moringothonna = Moringotho + onna 'créature' (plutôt queMelkorohiin, Melkorseen).

3: Après-Nés pour Après-Venus.

5: malkaron: *makla-z-ghom.

6: osta plutôt que osse (cf. N gost).

7: tana 'que, anaphorique' pour 'lui-même' + lau étant le donner emphatique "pas le Destin lui-même".

8: i-man pour 'quiconque'; cf Hom. Grk. hostis. askalya pour halya (une formation emphatique, cf. ataltane), pour préserver l'alitération.

9: herá: cf. kher- 'posséder', Letters #144.

10: mennai 'jusqu'à' pour 'avant'.

11: quetamartya 'destin' au lieu de martyá, pour préserver l'alitération ; queta, cf. avaquet; pour la construction, cf. sílankálan.

12: Une alternative, préservant le structure plus usuelle vandálma, aurait eu Airevezú 'paire sainte' pour Varda Manwe: ar enyalár vandálmá, Airevezú!

 

 

page principale