Si un jour je meurs et qu'on m'ouvre le coeur,...

Sur ce forum linguistique, vous pourrez échanger ou corriger les éventuelles demandes concernant le Quenya ou Haut-Elfique de Tolkien.

Après une difficile récupération des données de notre forum devenu obsolète techniquement, les utilisateurs n'ont pas pu être récupérés. Les messages oui. Les utilisateurs devront donc se réinscrire.
Répondre
Question
Messages : 340
Inscription : 02 août 2017, 14:50

Si un jour je meurs et qu'on m'ouvre le coeur,...

Message par Question » 29 août 2017, 14:32

Bonjour, Bonsoir a tous !

Cela fait quelques temps que je m'intéresse a l'ecriture elfique, et je tiens a vous remercier pour ce forum qui est pour moi d'une grande aide.

J'ai un projet dernièrement, et j'ai besoin de votre aide pour une traduction, ou je suis encore loin d'être bon

Je cherche a traduire cette phrase de M. Shakespeare

«Si un jour je meurs et qu'on m'ouvre le coeur, on pourra lire en lettre d'or... je t'aime encore»

J'ai essayé en faisant quelques recherche avec vos document et je suis arrivé a ca :

cé min ré fifíruan a panta elwen n, póla velë mi sarat malat : tye melenye voro en

Je me doute que cette traduction est mauvaise, pourriez vous m'éclairer ? :)

Il va de soit que ce n'est pas urgent bien évidement !

Je vous remercie par avance pour votre aide !

Avatar de l’utilisateur
evenstar4
Site Admin
Messages : 241
Inscription : 01 août 2017, 23:55

Re: Si un jour je meurs et qu'on m'ouvre le coeur,...

Message par evenstar4 » 29 août 2017, 14:34

Bonsoir, Très bien essayé...

Voici ce que je proposerais, éventuellement :

Cé árë qualuvan, ar quen latyuva orenya, quen poluva henta maltavë tengwainen... melanyel en !

littéralement :

peut-être un jour je mourrai, et on ouvrira mon coeur, on pourra lire en lettres d'or... je t'aime encore!

Personnellement je préfère «árë» pour jour (ré = 24 heures). Pour dire «un», l'article indéfini plutôt que le chiffre, il n'y a pas besoin de le mentionner.

Comme il n'y a pas de conditionnel, j'utilise le futur.

«Lire quelque chose d'écrit» se dit «tengwa-» et serait redondant, donc j'ai utilisé «henta-» (lire silencieusement, regarder)

«maltavë» parce que c'est la cas adjectival pluriel dans ce cas qui décrit les lettres.

Et enfin l'instrumental pluriel pour «à l'aide de lettres d'or»

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité