Retour index Ardalambion
 
Retour Ambar Eldaron
  Téléchargez le fichier "Un Parfum d'Elfique" au format imprimable PDF
   

Un parfum d’Elfique


Tolkien dit une fois qu’il avait « goûté » plutôt qu’étudié un certain nombre de langages (MC:192). Pour donner un "parfum" d’Elfique, j’ai collecté quelques mots de vocabulaire de Quenya et de Sindarin, en les groupant sous diverses appellations. Ceci devrait permettre aux étudiants potentiels d’évaluer le style de ces langages et peut-être même de ressentir la fusion du son et de la signification qui enchantait Tolkien. Bien sûr, cette liste peut aussi aider à acquérir un vocabulaire de base. Mais je crains qu’il faille attendre encore longtemps avant de voir un thésaurus Elfique complet!

I: VOCABULAIRE QUENYA CHOISI


Sauter au Sindarin

PEUPLE:

Quendë "Elfe" (mais ceci est un terme technique habituellement remplacé par Elda, qui se réfère strictement aux Elfes non-Avari), Atan "Homme (Mortel)" (mais ce terme était à l’origine associé aux Trois Maisons des Edain), Firya et Fírima "Mortel", Nauco "Nain" (aussi Casar, du Dwarvish Khazâd), Picinauco ou Pityanauco "Petit Nain", Orco ou Urco "Orc".

Termes généraux (probablement) applicables à toutes les races:

quén "personne" (pl. queni), nér "homme" (pl. neri; cf. aussi vëo or vëaner = "homme adulte"), nís ou nissë "femme" (pl. nissi), hína "enfant", lapsë "bébé", seldo *"garçon" (?), wendë plus tard vendë "jeune fille". Un "peuple" dans son entier est appelé lië (d’où Eldalië = le peuple des Elfes).

LA FAMILLE:

verno "mari", vessë "femme", indis "mariée" (quelques fois utilisé pour "femme"), atar "père" (atto = *"papa"), amil ou ammë "mère" (mamil = *"maman"), yondo "fils", yeldë "fille" (changé en yendë dans les Etymologies, mais du matériel tardif peut suggérer que Tolkien restaura yeldë), toron "frère" (pl. torni), onónë ou seler "soeur" (pl. selli), indyo "petit-fils, descendant", onóna "jumeau" (pl. ónoni). A côté du mot pour "frère" listé ci-dessus, il y a aussi otorno "vieux frère, associé" (la forme fem. semblerait être osellë, traduit "soeur, associée").

ANIMAUX:

Mot général celva "animal bougeant", cf. aussi laman (utilisé pour des animaux à quatre pattes, pas pour des insectes ou des reptiles), andamunda "éléphant", huo "chien" (ronyo "chien de chasse"), hyalma "coquillage, conque" (au moins techniquement un animal et pas une plante!), leuca "serpent" (aussi ango pl. angwi), lingwë "poisson" (hala "petit poisson"), lókë "ver, dragon" (aussi la forme plus longue angulókë; cf. aussi rámalókë "dragon ailé", urulókë "dragon de feu", lingwilókë "serpent de mer"), máma "mouton", morco "ours", mundo "boeuf" (ce mot peut aussi signifier "museau"), *nyaro "rat" (mauvaise lecture "nyano" dans LR:379), "lion" (pl. rávi), ráca et narmo "loup" (nauro "loup-garou"), rocco "cheval", rusco "renard", wilwarin "papillon". Le matériel antérieur a mëoi "chat", mais ce mot semble étrange en Quenya mature (pas d’autres singuliers en -oi). Une source antérieure a aussi nion ou nier pour "abeille", noldarë ou nolpa pour "taupe" et yaxë (ou yaxi) pour "vache".

Oiseaux:

aiwë ou filit "(petit) oiseau" (pl. filici), alqua "cygne", ammalë un oiseau jaune ou "pivert jaune", cu ou cua "colombe", halatir ou halatirno "martin pêcheur", lindo "chanteur" (oiseau chanteur), lómelindë "rossignol" (à savoir tindómerel = Sindarin tinúviel), maiwë "mouette", soron ou sornë "aigle", tambaro "pivert", tuilindo "hirondelle", quáco "corbeau" (aussi corco).

PLANTES:

olva "plante", uilë "longue plante traînante, spécialement algues" (qui est explicitement ëaruilë), salquë "herbe", sara "herbe sèche et raide ", lassë "feuille", olwa "branche", tussa "buisson", hwan "éponge, champignon", lótë "fleur", lossë "fleur" (habituellement blanche), nieninquë "perce-neige", asëa aranion "athelas, feuille des rois".

Arbres:

alda "arbre", ornë "arbre" (plus petit et plus mince comme une bouleau ou sorbier), alalmë "orme", feren "hêtre", ercassë "houx", malinornë "mallorn", norno "chêne", tasar ou tasarë "saule", tyulussë "peuplier". (Voir aussi la Botanique de David Salo, couvrant le « Qenya » antérieur de Tolkien.)

METAUX, SUBSTANCES, ELEMENTS:

erma, orma et hroa "matière (physique)", tinco ou rauta "métal", malta "or" (aussi poétique cullo "or rouge"), telpë ou tyelpë "argent", anga "fer", cemen "terre, sol", nén "eau", nárë "flamme, feu", vilya, wilma ou wista "air", lossë "neige", helcë "glace", litsë "sable", asto "poussière", ondo "pierre" (comme matériel, mais aussi utilisé = roche), rossë "rosée", hrávë "viande", sercë "sang" (aussi yár), hyellë "verre", "laine", fallë "écume".

PARTIES DU CORPS:

cár "tête", loxë ou findë "cheveu" (le terme pour chevelure est findessë), anta "visage", hén "oeil" (pl. hendi, ou duel hendu), lár "paire d’oreilles", nengwë "nez", anto "bouche", "lèvre" (selon une source tardive; dans les Etymologies, la traduction était "bouche"), nelet "dent" (pl. nelci), lamba "langue" (mais "langue" = langage est lambë), fanga "barbe", lanco "gorge", yat (yaht-) "cou", hón "(physique) coeur" (indo = coeur symbolique), ranco "bras" (pl. ranqui), "main", cambë "creux de la main", quárë "poing", lepsë "doigt", tiuco "cuisse", telco "jambe" (pl. telqui), tál "pied", tallunë "plante du pied", axo "os". Le matériel antérieur a aussi ólemë "coude" et aldamo "dos". Le mot pour le corps entier est hroa (aussi utilisé = "matière physique"). Quelque part il peut y avoir une enveloppe scellée contenant une feuille de papier avec les désignations des organes génitaux furtivement établis par Tolkien derrière des portes verouillées.

QUELQUES TITRES ET PROFESSIONS:

aran "roi", tári "reine", cundu "prince", aranel "princesse", heru "seigneur", heri "dame", arquen "un noble", aryon ou haryon "héritier", roquen "chevalier", cáno "commandant", tercáno "hérault", istyar "étudiant", sairon "magicien" (mais Gandalf était un istar), ingólemo "sage", lambengolmo "maître du savoir des langues" (linguiste), tano "artisan, forgeron", quentaro "narrateur", samno "charpentier, constructeur", tyaro "acteur, agent", cemnaro ou centano "potier". (Voir le chapitre Guerre et Armement pour "guerrier" et "lancier".)

NOURRITURE:

apsa "met cuisiné, repas", masta "pain", sáva "jus", pirya "jus, sirop", lís "miel" (liss-), yávë "fruit", porë "farine, repas", culuma "orange", sulca "racine comestible", coimas "lembas", miruvórë une boisson bue lors des festivals à Valinor (traduit "hydromel" dans Namárië), limpë "vin, boisson des Valar". Le matériel antérieur donne aussi sulpa "soupe", pio "prune, cerise", piucca "baie" (ou spécifiquement "mûre") et tyuru "fromage".

TERMES GEOGRAPHIQUES:

nórë "pays", nórië "contrée", arda "royaume, un pays ou une région particulière", ména "région", men "place, endroit", réna "bordure", peler "champ clôturé", panda "clôture", oron "montagne" (pl. oronti), rassë et tildë "pic, corne", ambo "colline", cilya "crevasse", nandë "vallée", tumbo "vallée profonde, sous ou parmi des collines", yáwë "ravin, crevasse, abîme", pendë "pente, déclivité", mallë "route, rue" (pl. maller), tië "chemin", taurë "grand bois, forêt", ehtelë "source", ailin "lec" (aussi linya), ringë "lac froid (dans les montagnes)", sírë "rivière", nellë "ruisseau", hópa "refuge", hresta ou hyapat "rivage", falassë "plage", ëar "mer", celma "canal", tol "île" (pl. tolli; "tolle" dans LR:394 est évidemment une mauvaise lecture), lóna "île, terre éloignée".

Directions:

Formen "nord", Hyarmen "sud", Númen "ouest", Rómen "est".

TEMPS (qu’il fait):

mistë "pluie fine", fanya "nuage", lumbo "nuage (sombre, bas) ", súrë et vaiwa "vent", árë "lumière du soleil", hísë et hísië "brume", raumo "(bruit d’une) tempête", nixë "givre". Le matériel antérieur a lúrë "temps sombre" et l’adjectif correspondant lúrëa "sombre, couvert".

OBJETS CELESTES:

Anar "Soleil" (aussi appelé Naira et Vása), Isil "Lune" (aussi appelée Rána), elen (poétique él) "étoile" (aussi tinwë et nillë, quelques fois avec des significations spécialisées), tingilyë ou tingilindë "étoile scintillante".

Planètes:

Eärendil "Vénus", Carnil "Mars", Alcarinquë "Jupiter" (et plus aléatoire Nénar "Neptune", Luinil "Uranus" et Lumbar "Saturne").

Constellations:

Telumehtar ou Menelmacar "Homme à l’épée du Ciel" = Orion, Valacirca "Faucille des Valar" = (Grande Ourse), Wilwarin "Papillon" = Cassiopée (?). Quelques autres constellations sont nommées mais sont difficiles à identifier. Le mot général pour "ciel, cieux": menel (aussi hellë). Cf. aussi fanyarë "couches d’air supérieures et cieux".

MUSIQUE, POESIE, INSTRUMENTS, MUSICIENS:

lindalë ou lindelë "musique", lírë "chanson", lairë "poème" (ne pas confondre avec un homophone signifiant "été"), nainië "une lamentation", verbe lir- "chanter", verbe nanda- "jouer de la harpe", nom nandë "harpe" (nandellë "petite harpe"), nandaro "harpiste", nyello "chanteur" (aussi lindo, mais ceci est aussi utilisé pour les oiseaux), nyellë "cloche". Le matériel antérieur a aussi salma "lyre".

GUERRE ET ARMEMENT:

ohta "guerre", verbe ohtacar- "faire la guerre", verbe mahta- "manier une arme, combattre", ohtar, ohtatyaro et mahtar "guerrier", ehtyar "lancier", cotumo "ennemi", macil "épée", lango "large épée", ecet "petite épée à large lame", sicil "dague, couteau", quinga "arc" (aussi ), pilin "flèche" (pl. pilindi), nehtë "tête de lance", ehtë ou ecco "lance", turma "bouclier", cassa ou carma "casque". Le matériel antérieur a hossë "armée".

ARCHITECTURE:

ataquë "construction", coa "maison" (aussi car, card-), ampano "construction, salle de bois", ando "porte" (andon "grande porte"), fenda "seuil", sambë "chambre", caimasan "chambre à coucher" (pl. caimasambi), tópa "toit", talan "sol" (pl. talami), ramba "mur", mindo "tour (isolée) " (mindon "grande tour"), osto "cité, ville avec un mur autour", opelë "maison fortifiée ou village, ville", hróta "habitation souterraine, grotte artificielle maison creusée dans la roche", telma "le dernier élément dans une structure" (comme un couronnement, ou un pinacle).

TEMPS (qui passe):

"un moment, occasion", lúmë "heure, temps", vanwië "le passé", yárë "les jours anciens", yalúmë "les temps anciens", aurë "jour" (aussi arë), lómë "nuit" (mais quelques fois utilisé = "crépuscule"; autres termes pour "nuit" incluent , mórë et Hui/Fui), ára "aube", arin "matin", arië "jour", sinyë "soir", tindómë et undómë "crépuscule" (vers l’aube et vers le soir, respectivement), anarórë "lever de soleil", núro ou andúnë "coucher de soleil", asta "mois", loa "année" (astronomiquement parlant coranar "tour autour du soleil"), yén "longue année" (« Siècle » Elfique de 144 années solaires), randa "cycle, âge".

Saisons:

coirë "agitation" (printemps précoce), tuilë *"bourgeonnement" (printemps tardif), lairë "été" (à ne pas confondre avec le mot signifiant "poème", voir ci-dessus), yávië "récolte" (automne précoce), quellë "se faner" (automne tardif), hrívë "hiver". Pour "automne", les mots lasselanta "chute de feuilles" et lassewinta *"dispersion des feuilles" étaient aussi utilisés.

Mois:

Narvinyë "janvier", Nénimë "février", Súlimë "mars", Víressë "avril", Lótessë "mai", Nárië "juin", Cermië "juillet", Úrimë "août", Yavannië "septembre", Narquelië "octobre", Hísimë "novembre", Ringarë "décembre".

NOMBRES:

minë 1, atta 2, neldë 3, canta 4, lempë 5, enquë 6, otso 7, tolto 8, nertë 9, cainen 10, minquë 11. Pour 12 seule la racine RÁSAT est donnée, mais il est généralement admis que le mot Quenya doit être *rasta. Les nombres plus élevés sont incertains. Le mot haranyë, la dernière année du siècle, pourrait signifier littéralement "le centième", pointant vers *haranya comme le mot pour "centième" et peut-être *haran (*harna?) comme le mot pour "cent". Le Sindarin host signifie "gross", 144, le premier nombre à trois chiffres dans le système Elfique de numérotation duodécimal, mais le parent Quenya hosta est simplement défini comme un "grand nombre".

COULEURS:

carnë "rouge", culuina "orange" (adj. seulement - le fruit est appelé culuma!), fána ou fánë "blanc" (comme les nuages), helwa "bleu pâle", laiqua "vert", laurëa "doré", lossë "blanc-neige" (aussi le nom "neige"), luin "bleu", malina "jaune", morë ou morna "noir", ninquë "blanc", silma "argent, brillant d’un éclat argenté", sindë (ou sinda) "gris", varnë "basané,brun (foncé)". Les Vanyar utilisaient aussi quelques mot pour les couleurs adoptés du Valarin: ezel ou ezella "vert", nasar "rouge", ulban "bleu", tulca "jaune". Ceux-ci n’étaient apparemment pas en usage parmi les Noldor.

QUELQUES ADJECTIFS COMMUNS:

vanya ou vanima "beau" (aussi linda), mára "utile, bon" (pour des choses), raica "faux, tordu", ulca ou úmëa "mauvais, malfaisant", halla "grand", anda "long", sinta "court", alta "grand" (en taille), úra "large", úvëa "très large, abondant", titta "minuscule", pitya *"petit", parca "sec", mixa "mouillé", arca "étroit", nindë "mince" (aussi teren), tiuca "gros, gras", lunga "lourd", lissë "doux", sára "amer", quanta "plein", lusta "vide", lauca "chaud", ringa (ou ringë) "froid", forya "droit", hyarya "gauche", vinya "nouveau" (aussi sinya), yerna "vieux, usé" (des choses), nessa "jeune", linyenwa "vieux" (lit. "ayant beaucoup d’années"; ce mot ne désigne pas la faiblesse puisque les Elfes étaient immortels), cuina "en vie", coirëa "vivant", qualin "mort" (mais firin en référence à la mort naturelle des mortels).

QUELQUES VERBES COMMUNS:

car- "faire", harya- "posséder, *avoir", cen- "voir", hlar- "entendre", ista- "connaître" (passé sintë), lelya- "aller" (passé lendë), mat- "manger", mer- "souhaiter, désirer, vouloir", móta- "travailler dur", tul- "venir", quet- "parler", hir- "trouver", anta- "donner", mel- "aimer" (comme un ami), sil- "briller".

PREPOSITIONS:

amba, ama "haut, en haut", an "pour", ana "vers" (aussi na), apa "après", ara "hors, dehors", arta "à travers" (seulement attesté dans le matériel antérieur), arwa "ayant, *avec" (suivi du génitif), enga "sauf [= *excepté]", et "hors de" (suivi de l’ablatif), hequa "excepté", ho "de" (le point de vue de l’orateur étant hors de la chose laissée), imbë "entre", mi "dans" ( "dans le"), mir ou minna "dans, à l’intérieur", na "vers" (aussi ana), nu "sous" (aussi no), undu "en bas, en dessous", or "sur", ter, terë "à travers", ve "comme", yo *"avec" (?). Il nous manque particulièrement un mot pour "avant".

II: VOCABULAIRE SINDARIN CHOISI


Note: En "Noldorin", le langage que Tolkien révisa pour produire le Sindarin, beaucoup de mots montrent un lh- et un rh- initial, sc. L et R muets. Peut-être que Tolkien révisa la phonologie historique, et en Sindarin comme nous le connaissons dans le SdA et dans des sources postérieures, beaucoup de mots "Noldorin" en lh-, rh- devraient avoir un l- et un r- normal à la place. Comparez par exemple le "Noldorin" lham "langue" (LR:367 s.v. LAM) avec le Sindarin mature lam (WJ:394). Les mots "Noldorin" listés ci-dessous devraient être altérés pour se conformer avec la vision tardive de Tolkien de la phonologie Sindarin, et lh-, rh- sont retenus seulement où ces sons ont une place légitime en Sindarin (ex. dans rhaw "viande").

PEUPLE:

Edhel "Elfe" (ancien Eledh), Adan " Homme (mortel)" (pl. Edain – mais ce terme était à l’origine associé avec les Hommes des Trois Maisons), Fíreb "Mortel", Nogoth "Nain" (aussi Norn, mais le peuple dans son entier était habituellement appelé Naugrim), Nibin-naug "Petit Nain", Orch "Orc".

Termes généraux (probablement) applicables à toutes les races:

benn "homme" (proprement "mari", mais le mot a acquis un sens général et remplaça l’ancien dîr), bess "femme" (proprement "épouse", remplaçant l’ancien ), dess "jeune fille", hên "enfant", laes "bébé", gwenn "fille". Le terme pour un "peuple" (un groupe ethnique) est gwaith, mais en référence à des groupes moins civilisés (comme les Orcs et la majorité des Hommes non Edain), les Sindar utilisaient plutôt le mot hoth "horde".

LA FAMILLE:

hervenn "mari", herves "femme" (aussi bess, mais ceci a aussi acquis un sens général "femme"), dîs "mariée", adar "père" (ada = *"papa"?), naneth "mère" (nana = *"maman"), iôn ou ionn "fils", sell (et iell) "fille", muindor "frère" (aussi poétique tôr), muinthel "soeur" (aussi thêl), gwanunig "jumeau" (gwanûn "paire de jumeaux"; PM:365 donne aussi un pl. gwenyn "jumeaux"). A côté des mots pour "frère" listé ci-dessus, il y a aussi gwador "vieux frère, associé" (la forme fem. Semblerait être gwathel, traduit "soeur, associée"). Terme général gwanur "parent, parenté". Cf. aussi herth "famille, ménage" (aussi signifiant "troupe").

ANIMAUX:

Mot général lavan (pas utilisé pour les insectes ou reptiles), annabon "éléphant", aras "cerf", brôg "ours" (aussi appelé megli = "mangeur de miel"), cabor "grenouille", draug ou garaf "loup" (gaur "loup-garou"), gwilwileth "papillon", half "coquillage" (pas une plante!), "chien", lyg "serpent", lim "poisson", lhûg "ver, dragon" (aussi la forme plus longue amlug; cf. aussi limlug "serpent de mer"), maew "mouette" (aussi pl. mýl "mouettes", sg. Non attesté), nâr "rat", raw "lion", rýn "chien de chasse", roch "cheval".

Oiseaux:

aew ou fileg "(petit) oiseau", alph "cygne" (pl. eilph), corch "corbeau" (aussi *craban, pl. crebain dans SdA1/II ch. 3), cugu "colombe", emlin un oiseau jaune "pivert jaune", heledir "martin pêcheur", dúlin "rossignol" (archaïque tinúviel), tavor "pivert", thoron "aigle", tuilinn "hirondelle".

PLANTES:

salch "herbe" (thâr "herbe dure"), salab "herbe", uil "algue", lass "feuille", golf "branche", loth "fleur", gwaloth "fleur, collection de fleurs", ereg ou êg "épine", aeglos 'épine de neige', une plante comme l’ajonc, mais plus large et avec des fleurs blanches, alfirin une fleur (blanche?) aussi connue comme uilos (appelée simbelmynë ou "Evermind" en Vieil Anglais représentant le Rohirric; alfirin et uilos signifient "immortel" et "toujours blanche"), athelas "feuille des rois", elanor 'étoile du soleil' (une fleur), niphredil "perce-neige", seregon "lierre", hwand "éponge, champignons".

Arbres:

galadh "arbre" (un autre mot, orn, est tombé hors de l’usage commun mais a survécu en poésie et comme partie de nombreux noms), toss "arbres qui poussent lentement" (comme érable, aubépine, épine noire, houx etc.), brethil "hêtre", doron "chêne", ereg ou eregdos "arbre saint", lalwen ou lalorn "orme", mallorn 'arbre jaune', mallorn, tathar "saule", thaun (thôn) "pin", tulus "peuplier".

METAUX, SUBSTANCES, ELEMENTS:

tinc ou raud "métal", malt (et glaur) "or", celeb "argent", ang "fer", cef "terre, sol", nen "eau", naur "flamme, feu", gwelw "air", sarn "pierre" (comme matériel), gloss "neige", heleg "glace", lith "sable", ast "poussière", rhaw "viande", sereg ou iâr "sang", hele "verre", taw "laine", falf "écume".

PARTIES DU CORPS:

dôl ou dol "tête", hen "oeil" (cf. Amon Hen "Colline de l’Oeil" dans le SdA - les Etymologies donnent hên avec une longue voyelle, mais ailleurs, hên est traduit "enfant"), nîf "face, visage" (aussi thîr), laws "cheveu", fîn "un cheveu", finn "une tresse", lhewig "oreille" (lhaw "paire d’oreilles"), nem "nez", nêl ou neleg "dent", lam "langue", fang "barbe", iaeth "cou", lanc "gorge", hûn "coeur", ranc "bras", cam "main" (camland "paume de la main"), paur "poing", lebed "doigt", tâl "pied" (mais un pied d’animal est appelé pôd), tellen "plante du pied".

QUELQUES TITRES ET PROFESSIONS:

aran "roi", rîs "reine" (cf. aussi rien, rîn "Dame couronnée"), cunn "prince", hîr "Seigneur, maître" (un autre mot pour "seigneur" est brannon), hiril "dame" (aussi brennil, la contrepartie féminine du masc. brannon juste comme hiril correspond au masc. hîr), arphen "un noble", ithron (ou curunir) "magicien", condir "maire", rochben "chevalier", ceredir "faiseur, acteur", thavron "charpentier, constructeur", orodben "montagnard", pethron "narrateur", cennan "potier".

NOURRITURE:

aes "met cuisiné, repas", bast "pain", saw "jus", peich "jus, sirop", glî "miel", iau "maïs, blé", solch "racine comestible", miruvor le cordial de Fondcombe (évidemment nommé après – mais difficilement le même que – le Quenya miruvórë), cram biscuit de farine compressée (contenant souvent du miel ou du lait) utilisé pendant les longs voyages, lembas le pain de route des Elfes.

TERMES GEOGRAPHIQUES:

dôr (dor) "pays", gardh "royaume, une place ou région plus ou moins délimitée, une région" (ainsi dans WJ:402; les Etymologies ont ardh), sad "place, endroit", rain "bordure parth "champ", pel "champ clôturé" (pl. peli), orod "montagne" (pl. ered ou eryd), till et rass "corne", amon "colline" (pl. emyn), tunn "colline, mont", dol ou dôl "colline", penn "déclivité", ambenn "en montant", dadbenn "en descendant", talad "une pente, une inclinaison", cîl "crevasse", ris ou ress "ravin", iau "ravine, gorge, abîme" (ce mot signifie aussi "maïs, blé", voir ci-dessus), talf "champ plat, plaine", nan "vallée" (mais nann "large prairie"), tum "vallée profonde, sous ou parmi des collines", athrad "carrefour, croisée", eryn "bois", taur "grande forêt", men "route", ael "lac" (pl. aelin), lîn "lac", eithel "source", habad "rivage", sîr "rivière" (dans quelques noms aussi duin: Anduin, Baranduin, Esgalduin), hûb ou hobas "refuge" (aussi cirban), gaear (ou gaer) "mer", toll "île".

Directions:

Forod "nord", Harad "sud", Annûn "ouest", Amrûn "est". Pour "Est" et "Ouest", les mots rhûn et dûn sont aussi utilisés (cf. Dúnedain "Homme de l’Ouest").

TEMPS (qu’il fait):

gwaew "vent", alagos "vent tempêtueux", hîth "brume grise", mith "brouillard blanc, brume mouillée", faun "nuage", glawar "lumière du soleil", ross "pluie", verbe eil "il pleut" (lire probablement ail en Sindarin de style SdA).

OBJETS CELESTES:

Anor "Soleil", Ithil "Lune" (aussi appelée Rân), cúran "lune croissante", gil "étoile" (aussi tim, tinw "étincelle, petite étoile"), poétique êl "étoile" (pl. elin), elenath "armée étoilée, toutes les étoiles du ciel". Borgil nom d’une étoile rouge, peut-être Betelgeuse ou Algol (Stewart Fraser mentionne Antares comme troisième possibilité).

Constellations:

Menelvagor = Orion, Cerch iM(b)elain (Quenya Valacirca) "Faucille des Valar" = Grande Ourse, Remmirath = Pleiades (???). Mot général pour "le ciel, les cieux": menel (tiré du Quenya).

MUSIQUE, POESIE, INSTRUMENTS, MUSICIENS:

glinn "chanson", glîr "chanson, poème", glaer "poème narratif ", narn "histoire" (en vers, mais qui doit être parlé plutôt que chanté), verbe *gliri- "chanter" (mauvaise lecture "glin" dans LR:359), verbe gannado ou ganno "jouer de la harpe", nom gannel "harpe", talagand "harpiste", verbe nella- "sonner les cloches", nell "cloche". Quelques modes de vers sont nommés dans le corpus, ann-thennath et minlamad thent/estent, mais nous ne savons pas précisément ce que cela signifie.

GUERRE ET ARMEMENT:

auth "guerre", verbe dagro- "batailler, faire la guerre", verbe maetha- "combattre", verbe degi- "tuer" (passé peut-être *danc), dangen "tuerie" (comme nom), maethor "guerrier", herth "troupe" (aussi utilisé pour "famille, ménage"), gweth "troupe d’hommes robustes, armée, régiment", coth "ennemi", dagor "bataille" (mais un combat entre deux ou quelques personnes est appelé maeth), hûl "cri d’encouragement dans la bataille", megil ou magol "épée", lang "coutelas, épée", crist "couperet, épée", hathel "épée à large lame", sigil "dague, couteau", grond "matraque", et peng "arc", ech "lance", naith ou aith "pointe de lance", thôl "casque".

ARCHITECTURE:

adab "construction, maison" (pl. edeb), car ou cardh "maison", henneth "fenêtre", annon "grande porte", fenn "seuil", thâm "salle", thamas "grande salle", panas ou talaf "sol", ram "mur", tobas "toiture", telu "dôme, toit haut", rond "toit voûté ou arqué, ou une grande salle ou chambre ainsi coiffée", barad, minas et mindon "tour", ost "cité, ville avec des murs autour, forteresse", gobel "village fortifié, cité", caras "cité construite au-dessus du sol", othlon "chemin pavé", ostrad "rue" (à Minas Tirith aussi rath, voir UT:255).

TEMPS (qui passe):

"un moment, une occasion", erin "jour", arad "jour", daw "nuit" (fuin "mort de la nuit"), amrûn "lever de soleil" (aussi utilisé pour = "Orient, Est"), aur "jour, matin", thin (mot poétique) "soir", "tombée de la nuit, fin de soirée", tinnu "crépuscule étoilé, tôt dans la nuit", idhrin "année", anrand "cycle, âge".

Saisons:

echuir "agitation" (printemps précoce), ethuil *"bourgeonnement" (printemps tardif), laer "été", iavas "récolte" (automne précoce), firith "se faner" (automne tardif), rhîw "hiver". Pour "automne ", le mot narbeleth "soleil pâlissant" est aussi utilisé; ce mot est aussi utilisé en référence au mois d’octobre.

La liste complète des mois:

Narwain "janvier", Nínui "février", Gwaeron "mars", Gwirith "avril", Lothron "mai", Nórui "juin", Cerveth "juillet", Urui "août", Ivanneth "septembre", Narbeleth "octobre", Hithui "novembre", Girithron "décembre".

NOMBRES:

min 1, tad ou tâd 2, neled 3 (à l’origine neledh), canad 4, leben 5, eneg 6, odo ou odog 7, toloth 8, neder 9, caer 10. Pour 11 et 12 nous avons les racines primitives MINIK-W- et RÁSAT , mais les mots Sindarin ne sont pas donnés; "onze" peut être *minib ou peut-être *minig (Quenya minquë, cf. eneg = enquë). Un "gross", 144, premier nombre à trois chiffres dans les nombres Elfiques, est appelé en Sindarin host.

COULEURS:

baran "basané, brun (sombre)" (cf. la rivière Baranduin), calen "vert" (aussi laeg), caran "rouge" (aussi coll et narw/naru), crann "coloré, rouge", donn "basané", fein "blanc" (comme les nuages; lire peut-être fain en Sindarin de style SdA), gaer "cuivré", elw "bleu pâle", *glân "blanc" (seul le 'lân lénifié est attesté), gloss "blanc neige" (aussi le nom "neige"), luin "bleu", malen "jaune", mithren "gris", morn "sombre, noir" (mauvaise lecture "moru" dans LR:374), nim "blanc, pâle", rhosc "brun", thinn "gris".

QUELQUES ADJECTIFS COMMUNS:

bein "beau", mell "cher", maer "utile, bon" (pour des choses), um "malfaisant, mauvais", *faeg "moyen, mauvais", *raeg "faux" (tiré du "Noldorin" foeg, rhoeg dans LR:387, 383), orchal "grand, supérieur", ann "long", thent "court", beleg "grand", ûr "large", daer "gros, grand", tithen et pigen "minuscule", parch "sec", mesc "mouillé", ninn "mince", tûg "gros, gras", long "lourd", pant "plein", lost "vide" (aussi caun), laug "chaud", ring "froid", feir "droit", heir "gauche", taer "direct", raen "tordu, malhonnête", sein "nouveau", brûn "vieux" (mais pas changé ou usé), gern "vieux, usé" (pour des choses), neth "jeune", iaur "vieux, ancien" (pour des choses ou des personnes), ingem "vieux" (lit. "malade des années", souffrant du grand âge; ce mot fut inventé après que les Elfes aient rencontré les Hommes mortels), cuin "en vie", gwann "parti, mort". (Note: en Sindarin de style SdA nous aurions peut-être lu ai pour ei dans les adjectifs bein, feir, heir, sein.)

QUELQUES VERBES COMMUNS:

car- "faire" (passé agor), gar- "tenir, avoir", tiri- "regarder", ?glenna- "aller" (anglenna- "approcher"), medi "manger", mudo- "travailler dûr", teli- "venir" (présent tûl, tôl), ped- "parler", anno- "donner".

PREPOSITIONS:

adel "derrière, à l’arrière de", am "haut, en haut", an "pour", ab "après" (seulement attesté comme préfixe), ath- préfixe "à travers, sur les deux côtés", athan "au-delà", dad "bas, en bas", dan *"contre", o "de" (uin "du"), im "entre", na "vers, avec, par", nef "de ce côté de", no "sous" (nui "sous le"), or "au-dessus", tri "à travers". Il nous manque les mots pour "dans" et "avant". Un mot ned apparaissant dans Sauron Defeated (p. 131, en écriture Tengwar) a été utilisé par quelqu’un pour "dans".