Retour index Ardalambion
 
Retour Ambar Eldaron

Naffarin - au moins nous savons ce que "vrú" signifie

O Naffarínos cutá vu navru cangor luttos ca vúna tiéranar, dana maga tíer ce vru encá vún' farta once ya merúta vúna maxt' amámen.

La signification de cette étrange phrase est probablement perdue pour toujours, à l'exception du mot vru, ou vrú, qui signifie "toujours". Ceci est un des exemples que Tolkien donne de Naffarin (MC:209), le langage privé le plus sophistiqué qu'il commença à développer quand le Nevbosh mourut. En fait, le Naffarin est en partie chevauché par les dernières étapes du Nevbosh. A l'inverse du Nevbosh, le Naffarin ne fut jamais partagé avec d'autres; il ne semble pas que le jeune Tolkien n'ait jamais essayé de l'enseigner à ses amis. Il note qu'il aurait voulu le faire circuler, mais qu'il ne le fit jamais - pensant probablement que personne ne serait intéressé. Il semblerait que le Naffarin ait juste été un langage et il manque une mythologie pour aller avec lui. Cependant, il représente un grand pas en avant: dans le cas du Naffarin, Tolkien alors âgé d'une dizaine d'années construisit pour la première fois un langage en joignant son et signification selon ses propres prédilections plutôt qu'en distordant des mots à partir des langues existantes. En Nevbosh, seulement quelques mots ont été de cette sorte, comme lint "rapide" (cela pourrait bien être un des mots qui fut adopté du Nevbosh en Naffarin; il a même survécu en Quenya!) Tolkien mentionne vrú "toujours" comme "une association curieusement prédominante dans mes langages, qui est toujours en train de se frayer un chemin (un cas de fixation précoce d'association individuelle, je suppose, que nous ne pouvons la combattre)" (MC:209). En Quenya il apparaît comme voro "toujours, continuellement" (LR:353).

Le style phonétique général du Naffarin fut inspiré par le latin et l'espagnol. Tolkien évita délibérément certains sons anglais, comme w, th, sh. Mais nous ne connaîtrons jamais rien de plus au sujet du Naffarin, parce que Tolkien nous informe que "il y a longtemps que cela a été follement détruit" - et ceci fut écrit vers 1931. Nous voyons maintenant une approche vers des formes Elfiques; la linguistique de Tolkien devenait plus mature. Beaucoup de mots, bien que pas tous, auraient pu être du Quenya par le style et la structure: la première forme de "Qenya" n'était plus qu'à quelques années - et on peut difficilement manquer le fait que le mot "Naffarin" a la terminaison -rin aussi vue dans les noms de tellement d'autres langages qui suivirent: Sindarin, Vanyarin, Valarin, Telerin etc.

 

Liste de mots Naffarin

Pour étoffer ce qui serait sinon une liste joliment non informative, je mentionne les formes en Elfique postérieur similaires aux mots Naffarin, mais ceci est seulement pour démontrer que Tolkien avait déjà approché la caractéristique du style "Elfique" et il n'y a pas de tentative de deviner ce que les mots Naffarin signifient réellement, excepté dans le cas de navru.

 

amámen ??? (Quenya Aman "le Royaume Béni")
ca ???
ce ??? (Quenya *ce "tu" - une tentative de reconstruction basée sur les terminaisons Sindarin -ch, -g et l'accusatif tye, qui pourrait représenter le primitif *kye. Mais la forme Quenya peut aussi être *ci.)
cangor ??? (Racines Elfiques KAN "oser", GOR "violence, impétuosité, haine", LR:362, 359)
cutá ??? (Quenya cua "colombe", "arc", cúma le Vide)
dana ??? (Sindarin Danath "Nandor", les Elfes qui ne traversèrent pas les montagnes lors de la marche de Cuiviénen)
encá ??? (Quenya enta "celui-là bas ".)
farta ??? (Elvish racine PHAR "atteindre, aller tout le chemin, suffire", LR:381)
luttos ??? (Quenya lusta "vide", racine Elfique LUT "flotter, nager", Quenya luntë "bateau")
maxt' ??? Evidemment une forme élidée de *maxta, puisque le mot suivant commence par a. (Quenya maxa "moelleux, doux", masta "pain")
Naffarin Naffarin, nom du langage, étymologie inconnue. (Cf. plus tard des noms de langages comme Sindarin, Vanyarin etc.)
Naffarínos évidemment une forme infléchie de Naffarin ou un composé l'incluant.
navru ??? Pourrait incorporer vru, vrú "toujours". En Elfique NA est la racine de mots comme "vers" et "pour", ainsi navru pourrait signifier juste "pour toujours".
o ??? (Sindarin o "de")
once ??? (racine Elfique ONO "engendrer", Quenya onta- "engendrer, créer", onna "créature")
tíer ??? Cf. tiéranar? (Quenya tier pl. de tie "chemin".)
tiéranar ??? (Quenya tie "chemin", Rána un nom de la Lune)
vru ou vrú "toujours". (MC:209) (Quenya voro "toujours".) Cf. navru.
vu ??? (Racine Elfique "ensemble", Quenya ve "comme")
vún' évidemment une forme élidée de vúna dessous.
vúna ??? Cf. ?
ya ??? (Quenya ya pronom relatif "qui/que")