Retour index Ardalambion
 
Retour Ambar Eldaron
   
   

AVARIN - Tous les six mots

"Les Avari étaient ceux des Elfes qui restèrent en Terre-du-Milieu et refusèrent les convocations des Pouvoirs; mais eux et leurs langues secrètes ne concernent pas ce livre," écrivit Tolkien dans une version antérieures des Appendices sur les langages qu'il était en train de préparer pour le SdA (PM:29-30). Est-ce que ceci signifie que quelques Avari développèrent délibérément ou même construisirent de nouveaux langages dans le but du secret? Mais quelques langues Avarin étaient évidemment similaires aux langues Eldarin: Felagund interpréta rapidement le langages du peuple de Bëor, et une raison pour laquelle il fut capable de faire cela était que "ces Hommes avaient longtemps commercé avec les Elfes Sombres à l'est des montagnes, et ils apprirent d'eux beaucoup de leur langage; et puisque tous les langages des Quendi avaient une seule origine, le langages de Bëor et de son peuple ressembalit à la langue Elfique par beaucoup de mots et de mécanismes" (Silmarillion ch. 17). En fait il est dit que "dans le Nord et l'Ouest du Vieux Monde [des Hommes] apprirent le langage directement et complètement des Elfes qui les traitèrent en ami dans leur enfance et dans leurs premières errances" (PM:30, et Faramir clama même que "tout langage des hommes dans ce monde est de descendance Elfique". (WR:159, PM:63). Dans les premiers jours, l'influence Elfique sur les langues des Hommes ne pouvait venir que de l'Avarin.

Même les Nains semblent avoir emprunté quelques mots des Elfes non-Elda, probablement longtemps avant qu'il ne rencontrent les Eldar en Bélériand. Dans WJ:391, Tolkien établit que "le nom Dwarvish pour Orcs, Rukhs pl. Rakhâs, semble montrer une affinité pour les noms Elfiques, et fut peut-être finalement dérivé de l'Avarin". Il est dit que dans les langues Avarines (comme dans les langages Eldarins), il y avait beaucoup de dérivés de la racone primitive RUKU, les mots Quenya et Sindarin pour "Orc". -WJ:389.


L'intérêt de Tolkien réside dans la branche Eldarine de la famille de langages Elfiques, et il semble qu'il laissa les langues Avarines virutellement non explorées. Les seules formes Avarines réelles qui sont citées dans le matériel publié, et très probablement toutes les les formes Avarines que Tolkien mentionna jamais, sont les six descendants du kwendî primitif (donc du Quenya Quendi) qui sont listés dans WJ:410: Kindi, cuind, hwenti, windan, kinn-lai, penni. Il est dit que les descendants du kwendî primitif étaient "fréquemment trouvés" dans les langues Avarines.) Ces formes Avarines sont censées être "citées par les Maîtres du Savoir [Eldarin?], qui évidemment avaient quelque intérêt scientifique pour les langues Avarines. Chacune de ces formes appartient à une langue Avarine séparée, ainsi il y aurait six de ces langages au moins, et probablement beaucoup plus (selon WJ:410, les dialectes Avarins "étaient nombreux, et souvent aussi éloignées les unes des autres qu'elles l'étaient des formes Eldarines du langages Elfique") Ces mots Avarins en réalité ne signifient pas exactement la même chose que leur parent Quenya Quendi, ex. "les Elfes en général". Il y avait les noms que les Avari se donnèrent à eux-mêmes. Tolkien note, "Ils avaient évidemment continué à se nommer eux-mêmes *kwendî, 'le Peuple', en regardant ceux qui partaient au loin [c'est-à-dire les Eldar] comme des déserteurs."

En comparant les formes que Tolkien mentionne à la forme primitive *kwendî nous obtenons ce qui peut seulement être des aperçus des changements de son Avarin que nous pouvons avoir:



- Kindi a persu le w et changé le e en i, peut-être par assimilation à la terminaison plurielle -i, qui nous dit aussi que les longues voyelles finales sont devenues courtes (comme en Quenya; cf. aussi hwenti, penni ci-dessous).


- Cuind (est-il important que Tolkien utilise c au lieu de k?) a transformé la semi-voyelle originale w en une voyelle complète u. La terminaison originale a été perdue. Est-ce que le i est juste une forme tardive de la voyelle originale e, ou est-ce un infixe pluriel (peut-être une espèce d'umlaut causé par la terminaison plurielle -î avant qu'elle ne soit perdue?) Est-ce que le singulier peut être *cund??? (< *kuend < *kwend < kwende?)


- Hwenti montre un changement de kw > hw et d > t, et le long -î finial original original est devenu un -i court (comme dans kindi ci-dessus et penni ci-dessous). Si hw désigne le même son qu'en Quenya (w muet, comme le wh anglais dans des dialectes où which et distinct audiblement de witch), ce hw peut être le produit de [x] (sc. le son allemand ach) en contact avec [w]. Peut-être que cette branche d'Avarin transforma les occlusives originales en spirantes, comme [k] > [x], et dévocalisa les occlusives originales, comme [d] > [t].


- Windan a perdu le k initial original , transformé de e en i et apparemment renforcé le -e original du singulier primitif kwende en -a. Ce langage Avarin semble avoir introduit une nouvelle terminaison plurielle -n, ne descendant pas directement du -î original. Il est probablement dérivé de l'élément pluriel -m qui apparaît dans le langage primitif (voir LR:360, racine ). Quelques uns des cas Quenya montrent aussi un pluriel -n, ex. la terminaison locative plurielle -ssen; ceci doit aussi venir du -m primitif.


- Kinn-lai peut venir d'un langage Avarin étroitement liré à un qui a kindi (ci-dessus); nous notons le même changement kwe- > ki. Ici nous avons aussi l'assimilation nd > nn. ^Le dernier élément lai n'est certainement pas dérivé de la terminaison plurielle primitive -î. Il doit plutôt être apparenté au Quenya lië "peuple", d'où "kinn-peuple". La racine LI, la source du Quenya lië, peut avoir produit lai par infixion-A (bien attestée dans le langage primitif).


- Penni est une forme qui est distinguée par Tolkien comme étant spécialement intéressante. Elle montre le même changement kw > p qu'en Télérin Commun (d'où le Sindarin et le Télérin d'Aman), suggérant "qu'il était déjà intervenu parmi les
Lindar [Téléri] avant la Séparation" (WJ:410). Sinon nous voyons la même assimilation nd > nn que dans kinn-lai, alors qu'une descendante de la terminaison plurielle primitive -î est toujours présente, bien qu'elle soit devenue courte comme dans kindi et hwenti. Tolkien nous informe "la forme penni est citée comme venant de 'l'Elfique Sylvestre' langages de la Vale d'Anduin".

Sinon il y a très peu de choses. Le nom de l'Elfe Noir Eöl, qui ne peut pas être analysé (WJ:320), peut être Avarin. Il est dit que bien que les clans originaux soient toujours dans le souvenir des Avari, "il n'y a pas de souvenir de leur utilisation du nom Ñoldo [c'est-à-dire, aucin descendant direct du primitif ñgolodô] dans aucune forme Avarine reconnaissable" (WJ:381).

Ceux qui souhaitent s'engages dans une "fan fiction" peuvent commencer à construire les langages Avarins languages dont les mots Kindi, Cuind etc. appartiennent à ce langage, en les dérivant de Quendian Primitif de Tolkien.